Accueil > VITE LU ( l’info en quelques lignes) > Lancer un avis de disparition soi-même, attention !

Lancer un avis de disparition soi-même, attention !

Informatique / Nouvelles technologies

vendredi 17 octobre 2014, par Infor Jeunes Couvin

Il n’est pas rare de voir circuler sur Internet et les réseaux sociaux des posts de
parents, amis ou autres signalant la disparition d’un proche. Mais si l’appel à l’aide et
l’angoisse sont compréhensibles, cette manière de faire peut s’avérer plus
dangereuse qu’elle ne parait !

Entre fugue. . .
En cas de fugue, c’est une très mauvaise idée de réaliser des affiches ou avis de disparition et de les faire circuler sur les réseaux sociaux. Mais POURQUOI ? Tout d’abord, celui qui fugue n’a pas envie d’être retrouvé. S’il voit un avis de recherche le concernant, il risque de se cacher davantage et s’éloigner encore plus ! Ensuite, il est extrêmement important de comprendre que le jeune conserve son droit à la question de la vie privée. Peut-être a-t-il fugué car il était plus fragile à ce moment-là. Au niveau psy, voir soudain sa tête affichée partout ne l’aidera pas non plus... Cela pourrait même aller jusqu’au suicide !
Aussi, il faut penser au jeune qui, une fois de retour chez lui, devra faire face à tant et plus de gens au courant de cet épisode -d’ailleurs sans doute jamais traversé de gaieté de cœur !-. Il n’a pas besoin de devoir encore subir le jugement, le regard des autres -encore moins d’inconnus- ni de leur rendre de comptes. Un autre problème est celui qu’une fois le jeune à nouveau à la maison, très peu de personne sont informées de son retour. Les affiches et avis de disparition, les statuts et photos continuent à être partagés sur les réseaux sociaux et Internet durant des mois, voire des années !

. . . .et disparition inquiétante :
S’il s’avère que le jeune encourt un danger, on qualifie sa disparition de "disparition inquiétante" sur la base de différents éléments tels que :
- c’est en-dehors des habitudes/du comportement du jeune ;
- il y a un danger pour sa vie (par ex. lettre d’adieu) ;
- il s’agit d’un jeune présentant un handicap ;
- il s’agit d’un jeune de moins de 13 ans.
A noter donc que la fugue d’un jeune sera aussi considérée comme disparition inquiétante s’il a besoin de médicaments ou soins urgents !
Le magistrat donne alors l’accord pour lancer les recherches. Child Focus regroupe bon nombre de bénévoles qui s’occupent d’afficher à des endroits bien précis les avis de disparition. Cela permet justement de pouvoir venir les enlever sans en
oublier, quand la personne est retrouvée.
Un avis est également diffusé sur la chaine de télé nationale, le site Internet de Child Focus, de la Police, leurs pages Facebook et Twitter. Mais il s’agit de pages spécialement conçues pour que les annonces puissent être immédiatement
enlevées lorsque l’on ne cherche plus le jeune ou la personne disparue. De plus, un post est tout de suite publié pour signaler la nouvelle.

Que faire alors ?
Même si la situation pour la famille et les proches d’un jeune (ou moins jeune) qui a disparu peut être extrêmement pénible à vivre, la meilleure solution reste donc de contacter directement la police et Child Focus et de suivre leurs conseils, faire preuve de confiance envers leur expérience et leur travail plutôt que de se lancer soi - même
dans de telles démarches !

...Plus d’info
Child Focus s’occupe des disparitions d’enfants jusqu’à 18 ans et jusqu’à 24 ans dans le cadre des disparitions inquiétantes.
www.childfocus.be
www.inforjeunes.be
www.polfed-fedpol.be/home_fr.php

Source : www.childfocus.be/fr

Ed. Resp.
M-P Van Dooren - FIJWB ASBL, rue Godefroid 20 à 5000 Namur

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document